Accueil > Compte-rendu de lecture > TRANVOUEZ Yvon (1988) Catholiques d’abord, approches du mouvement catholique en France XIXe-XXe siècle

TRANVOUEZ Yvon (1988) Catholiques d’abord, approches du mouvement catholique en France XIXe-XXe siècle

Paris, les Editions Ouvrières, 264 p.

Dans Catholiques d’abord, Yvon Tranvouez, professeur d’histoire religieuse à l’Université de Brest, nous offre une réflexion sur le temps long des XIXème et XXème siècles autour de l’expérience du « mouvement catholique » français, entendu ici dans un sens large et généraliste comme l’action sociale, politique et syndicale du laïcat catholique dans la société française.

Dans cet ouvrage, on ne trouve pas tant une analyse de sources inédites ni une monographie d’un mouvement catholique qu’un ambitieux essai d’interprétation globale du catholicisme français contemporain. Dans son introduction, l’historien part de l’expression « doctrine sociale de l’Eglise » qui se formalise comme expression sous le pontificat de Pie XII (1939-1958) pour désigner « l’expression autorisée, c’est-à-dire hiérarchique, du refus intransigeant opposé à (la) situation historique » (p. 15) engendrée par la Révolution française et la fin de la monarchie catholique et qu’ont progressivement développé les papes depuis le XIXème siècle.

Selon Yvon Tranvouez, on lit, de manière fautive, l’histoire des catholiques comme celle d’un ralliement progressif soit au libéralisme soit aux mouvements pour une plus grande justice sociale, en projetant des catégories exogènes à l’Eglise. Cette dernière est vue davantage chez lui à travers le prisme de la notion d’ « intransigeantisme ». Avec une parenté évidente et assumée avec l’oeuvre d’Emile Poulat, l’historien veut en effet montrer que le catholicisme est assez riche intellectuellement et  assez dense socialement pour se penser comme une alternative crédible et suffisante à la modernité. Le mouvement catholique, en ce sens, peut être lu comme la tentative continue et toujours relancée de ramener la société dans le giron de la « chrétienté ». Néanmoins, les moyens concrets pour y parvenir divisent fortement les catholiques et aboutissent à des crises périodiques :

Le mouvement catholique, de dynamismes en dérives, n’a cessé (…) de mettre en péril la doctrine sociale de l’Eglise. Mais il a aussi eu son efficacité, et même, chez ceux qui l’ont abandonné, ou qu’il a exclus, se retrouvent des traces (…) car il y là un type de pensée, souvent méconnu, mais qui a sa cohérence et ses réflexes, sa résistance et ses incidences dans tous les domaines » (p. 20)

C’est donc l’histoire d’une mystique intransigeante d’action catholique, assez facilement identifiable dans le Magistère successif des papes, et de son altération permanente durant des crises à laquelle veut se livrer Yvon Tranvouez. Chez lui, il y a altération du modèle intransigeantiste surtout lorsque les catholiques font le choix d’alliances stratégiques vues comme incompatibles par Rome (par exemple avec l’Action française durant l’entre-deux-guerres ou avec le communisme dans les années cinquante). L’historien met ainsi au jour un catholicisme contemporaine reposant sur une tension permanente entre, d’une part, un idéal intransigeant fortement critique de la modernité dans ses composantes politique, économique et culturelle, et, d’autre part, des mobilisations locales et des initiatives concrètes pouvant aboutir à des situations problématiques, des suspicions si ce n’est des condamnations de la part de hiérarchie, et de nombreux drames personnels.

Yvon Tranvouez pointe en fait le tragique du militant catholique qui se retrouve dans une position religieuse et politique toujours impossible :

« Placé dans le séparatisme moderne dans une situation structurelle de double appartenance, le militant chrétien est donc aussi inapte à faire la révolution prolétarienne qu’à défendre l’ordre bourgeois. L’Eglise ne lui demande d’ailleurs ni l’un ni l’autre, mais de travailler à la restauration d’un ordre social chrétien qui réconcilie ciel et terre » (p. 186)

Permanence de l’idéal anti-révolutionnaire au XIXe

Dans une première partie intitulée « Cause de Dieu, cause du peuple. Aspects de la contre-révolution catholique au XIXe siècle », Yvon Tranvouez analyse les positions contre-révolutionnaires des catholiques du XIXe siècle en offrant un parcours en quatre étapes : la crise lamennaisienne, le Syllabus de Pie IX, le renouveau de l’engagement laïc sous le pontificat de Léon XIII et la crise moderniste. L’intransigeantisme des catholiques se réfère encore fortement à l’idée d’un « peuple chrétien » , aux accents néo-guelfes, qui serait capable de résister aux errements d’un monde bourgeois et libéral. C’est ainsi avec acuité que se pose la perception grandissante de la déprise religieuse des milieux populaires et ouvriers, poussant les catholiques à mieux s’organiser en leur direction.

Sur Lamennais (1782-1854), Yvon Tranvouez récuse sa place dans le « Panthéon des chrétiens de gauche » pour rappeler le caractère traditionaliste de son oeuvre (chap. 1). Faisant une lecture serré de son Essai sur l’indifférence en matière de religion (1817), l’historien montre bien que si Lamennais prêche la liberté il n’en est pas pour autant libéral et récuse la séparation du religieux et du politique ainsi que la restriction de la religion à la seule conscience ou au culte organisé.

Yvon Tranvouez montre également le poids intellectuel au coeur de ce XIXème siècle du Syllabus (1864) de Pie IX (chap. 2). L’encyclique qui condamne les principales erreurs de la modernité crée au sein du catholicisme une divergence sur l’analyse de la situation et sur la détermination du rapport de force. Autour de Montalembert, on trouve les catholiques qui « craignent qu’en inscrivant des refus idéologiques, le Syllabus n’ait posé maladroitement des barrières sociales et consommé le divorce, de l’Eglise et de la bourgeoisie, et même, à terme du peuple qui renie moins 89 qu’il n’attend l’élargissement démocratique » (p. 57). Ce sont eux évidemment qui adopteront le plus facilement la lecture pastorale de Monseigneur Dupanloup qui distingue le principe (la thèse) de son application en contexte (l’hypothèse). Chez des hommes comme Armand de Melun, Louis Veuillot ou Albert de Mun « on pense tout au contraire que le peuple est avec l’Eglise la grande victime de la Révolution et que de l’alliance des deux forces viendra le salut de la société dans une sorte de théocratie populaire » (idem). Cela permet à Yvon Tranvouez de rappeler avec justesse que le catholicisme social ne s’origine pas forcément chez les premiers mais plutôt chez les plus intransigeants qui voient dans les milieux populaires les plus floués par le libéralisme bourgeois.

C’est le pontificat de Léon XIII (1878-1903) qui est capital pour toute une génération de catholiques (chap. 3). Ce pape est l’auteur à la fois de Rerum novarum (1891), l’encyclique qui formalise pour la première fois de manière synthétique et solennelle l’appel à l’engagement social et syndical des catholiques, et d’Inter sollicitudines (1892), l’encyclique  qui propose le ralliement au régime républicain aux catholiques français (afin de la changer dans un sens qui leur serait favorable). Sous ce pape, l’idéal corporatif et le projet monarchique perdent de leur audience et laissent davantage place à un regard positif sur le syndicalisme chrétien et la démocratie chrétienne. Les années 1890 sont donc celles, selon l’historien, de l’émergence d’une nouvelle génération de chrétiens ouverts à la question sociale et moins obsédés que leurs aînés par l’idéal de restauration des monarchies d’autrefois : Georges Goyau, l’Abbé Calippe, les différents abbés démocrates. Y a-t-il pour autant eu une rupture avec le magistère précédent ? Pas vraiment selon Yvon Tranvouez. Si Pie IX a défini l’intransigeantisme catholique, Léon XII a appelé  » à l’action et donné des orientations, dessiné avec eux les contours d’un catholicisme intégral déterminé à inverstir la société pour en reprendre la tête » (p. 79). Mais cette mise en branle des catholiques dans la reconquête de la société a très rapidement réveillé des tensions entre « sociaux et démocrates, entre tenants de l’esprit « hiératique » et adeptes de l’esprit « progressif », entre ceux pour qui le peuple restait l’objet d’un dévouement et ceux pour qui il devait être le sujet de la rénovation sociale. « Allons au peuple » disaient les premiers. « Soyons le peuple », répondaient les seconds. » (idem)

De 1903 à 1910, Yvon Tranvouez montre bien comment la « conjoncture moderniste » reconfigure le catholicisme dans un sens de la rigueur sans pour autant altérer l’idéal d’action sociale et politique développé par les papes du dernier tiers du XIXème (chap. 4). Le « modernisme », défini de manière très large dans l’encyclique Pascendi, devient un concept utile à l’institution pour réprimer tout autant des exégètes (l’abbé Loisy) que des catholiques sociaux ou engagés dans la politique (Murri et les démocrates chrétiens italiens, la Justice sociale de l’Abbé Naudet). L’événement central de cette période reste également la condamnation du Sillon (août 1910). Ces groupes d’étudiants s’enracinent dans le terreau des expériences des années 1890 (on retrouve Marc Sangnier dans les sessions d’études de Léon Harmel par exemple) tout en les reconfigurant dans manière novatrice. L’originalité du Sillon est de chercher à promouvoir « l’éducation populaire pour former une élite chrétienne, seul moyen de passer d’un catholicisme de préservation à un catholicisme de conquête » (p. 93). Toutefois, le mouvement n’échappe pas à la condamnation, non pas tant par reculade de Rome, que pour plusieurs raisons peut-être davantage propres au mouvement : la prétention qu’il a à échapper au contrôle de la hiérarchie, l’idéal de bâtir une cité catholique différente de la chrétienté médiévale, la renversement qu’opère le mouvement entre prêtre et laïcs. Si au début du XXème siècle, le catholicisme est marqué par un climat suspicieux, il ne faudrait pas négliger pour autant la créativité et l’essor d’un réseau serré d’oeuvres qui enserrent les individus de la naissance à la mort et dans de très nombreux originaux et différents secteurs du travail et de la société. C’est à ce moment-là que s’écartant de l’idéal monarchiste porté avant tout par une dynastie, l’idéal de chrétienté se théorise de manière grandissante chez les catholiques comme un projet alternatif global au libéralisme politique et économique:

« (Cette génération de catholiques) cherche moins à détruire et restaurer qu’à épurer et baptiser. Elle se réfère toujours à la chrétienté médiévale, mais de manière de moins en moins analogique. Sa manière à elle d’être anti-moderne, c’est de produire une autre modernité, une vraie modernité, une version catholique de la modernité » (p. 104)

Ce qu’il développe un plus tard également :

« Chacun voit bien que l’Eglise catholique se pense et s’organise comme un monde, à défaut d’être le monde qu’elle n’est plus, qu’elle fut peut être aux grands siècles du Moyen-Age, qu’elle imagine en tout cas, par la suite, avoir été. Le mythe archétypique de la société médiévale n’a cessé d’animer les mouvements les plus divers au sein du catholicisme » (p. 229)

Permanences et dérives du modèle intégraliste au XXème siècle

Dans une deuxième partie, l’historien présente justement la fortune de cet idéal de chrétienté au XXème siècle. Le concept peut trouver un terreau favorable dans l’après première Guerre mondiale interprétée comme la faillite des idées du XIXème. Le nouveau pape Pie X développe la thématique de la restauration de l’ordre chrétien et développant le culte au « Christ-Roi ». Face au Cartel des Gauches, la Fédération Nationale Catholique du général Castelnau fait rêver certains de la possibilité d’une « France catholique organisée » (Mgr Gibier). La condamnation de l’Action Française en 1926 révèle encore fois les limites du « politique d’abord » aux yeux de Rome. Des philosophes, en premier lieu desquels le néo-thomiste Jacques Maritain ou le russe Nicolas Berdaieff, acquièrent une influence grandissante auprès des militants catholiques et rénovent la portée de l’idée de chrétienté.  Dans Humanisme intégral (1936), Jacques Maritain propose de renoncer à une « chrétienté de type sacral » telle que la rêvent les catholiques peu  lucides pour fonder une « chrétienté de type profane » qui adapterait les principes médiévaux à une nouvelle situation historique. Elle se fonderait sur l’investissement des chrétiens dans le cadre profane de l’Etat et de la société. Le mouvement s’accélère dans des années trente marquées par la crise économique et les débuts (vus comme) glorieux de l’Action catholique spécialisée qui y trouve un programme à la hauteur de ses ambitions de reconquête.

Néanmoins, on saluera le travail historique critique d’Yvon Tranvouez sur les limites et l’essoufflement précoce de l’idéal militant de chrétienté au cours des années quarante. Le passage de certains catholiques au service du régime de Vichy vu comme « la possibilité d’une restauration chrétienne sur fond de pénitence nationale » a pu compromettre politiquement la thématique. De même que le passage des anciens cadres de l’Action catholique, via le MRP principalement, aux responsabilités politiques a pu transformer une mystique ambitieuse en une politique somme toute conformiste et pragmatique. L’historien montre bien comment l’idéal de « mission », posé chez Godin et Daniel dans leur célèbre ouvrage France, terre de mission de 1943 et expérimenté par les premiers passages de prêtres au travail salarié, tend à l’emporter sur la formule militante « chrétienté et Action catholique spécialisée ». Le concept de chrétienté devient même répressif dans la seconde moitié des années cinquante. La disparition de l’ACJF (1956) marque le début d’un ère ouverte de doutes et, même si le Concile Vatican II (1962-1965) ne modifie en rien la priorité donnée à l’Action catholique, en 1967, Jean-Marie Paupert dans son ouvrage Vieillards de chrétienté et chrétiens de l’an 2000 peut parler de « Maritain ou la sclérose »…

C’est dans ce contexte qu’Yvon Tranvouez analyse la crise progressiste (l’alliance de catholiques et de communistes autour de l’Appel de Stockholm) à travers la presse catholique de différentes sensibilités (chap. 6). On retrouve parmi les signataires deux types de catholiques :

  • ceux issus du « courant missionnaire qui arrive à l’action politique au bout d’une expérience apostolique au sein des masses prolétaires » comme les prêtres-ouvriers et auxquels peut penser le père Chenu lorsqu’il écrit,
  • ceux qui relèvent davantage d’un courant politique « qui redécouvre la nécessité d’un contact avec les milieux chrétiens dont ils s’étaient largement coupés » comme les pères Desroches ou Boulier. Ils s’engagent davantage au nom d’un « œcuménisme séculier » et dans le prolongement de la situation inouïe de la seconde Guerre mondiale qui avait pu rapprocher des itinéraires différents au sein de l’engagement politique ou social.

Quoiqu’il en soit, il faudrait voir dans l’épisode progressiste un nouvel éclatement de la ligne intransigeante selon le même schéma qu’au XIXème siècle : « On part d’un projet aussi flou que généreux, qui suscite enthousiaste et effusion ; et qui débouche sur des problémes posés à partir de l’action et généralement la discorde » (p. 177). La hiérarchie catholique fait elle preuve d’ « une remarquable continuité dans le dogme à partir duquel (elle) apprécie l’évolution d’es organisations catholiques et sanctionne éventuellement leurs écarts » (p. 184).

Toutefois, Yvon Tranvouez ne s’illusionne jamais sur l’importance réelle des débats militants du cahtolicisme. Dans un chapitre intéresant (chap. 7), il établit de manière assez judicieuse que l’ébulition intellectuelle et théologique des « perfecti », c’est-à-dire ces catholiques convaincus de pouvoir re-générer le catholicisme de différentes manières, ne doit pas occulter la masse silencieuse des simples « credentes ». Le catholicisme français est avant tout « à deux vitesses ». L’historien avance que finalement le « catholicisme intransigeant a beaucoup moins de souffert ces crises internes, de ses déviations récurrentes que de la déviance massive, tranquille et imparable des pratiquants ordinaires » (p. 189). Si « les catholiques d’Action Française et les chrétiens progressistes ont été condamnés, les paroissiens ordinaires ne l’ont pas été. Leur modernisme n’était pas moins fort, mais il était pratique et non théorique. Il n’avait pas de drapeau, il faisait partie de l’air du temps. Le catholicisme intransigeant a eu raison, non sans peine, des dérives de ses militants. Il est resté impuissant devant la modernisation des consciences pratiquantes (…) on ne s’en est pas aperçu tant que (le pratiquant) a été là le dimanche, avec une belle régularité qui masquait la sécularisation globale du comportement. Son abandon brutal et tardif n’a été, comme la chute d’une falaise, que le résultat d’une lente érosion » (p. 190).

Après 1958, Yvon Tranvouez note l’affaiblissement de l’intransigeantisme. La mort de Pie XII, le Concile Vatican II (1962-1965) et la révolution culturelle des années soixante ont pu donner l’impression de la fin d’un monde pour le catholicisme. L’historien relève combien l’Eglise n’a pas renoncé à peser sur la société et, dans un contexte de crise économique et de malaise social, l’intransigeantisme des discours de Jean-Paul II et du cardinal Lustiger (contemporains de l’ouvrage), et les échos positifs qu’ils peuvent recevoir, révèle une ressource encore mobilisatrice du catholicisme.

Echos à l’oeuvre d’Emile Poulat

Dans une troisième et dernière partie, Yvon Tranvouez abandonne le récit historique pour se laisser aller à une variation intellectuelle autour du paradigme intransigeantiste d’Emile Poulat. Après l’avoir présenté de manière synthétique, il se livre à une relecture du mouvement catholique pour apporter des nuances ou des illustrations. Cette partie enchaîne des analyses ponctuelles de documents et des considérations plus vastes sur l’histoire religieuse ou l’Eglise catholique.

***

En conclusion, on peut saluer l’ampleur et le souffle de l’essai d’Yvon Tranvouez. Il nous offre une analyse possible et pertinente du catholicisme français entre 1815 et 1958 sur près de 250 pages qui se lisent, à l’exception notable de la dernière partie, comme un récit historique chronologique classique mais efficace. On appréciera le fait qu’Yvon Tranvouez n’élude pas la complexité de traiter un phénomène aussi vaste et protéiforme que le « mouvement catholique » qui peut regrouper les oeuvres, la démocratie chréitenne, l’Action catholique, le scoutisme, les ligues, etc. L’historien nous livre des outils d’analyse utiles et pertinents comme sa périodisation en deux temps du mouvement catholique français distinguant la « galaxie des oeuvres » (1870-1926), succédant à une Eglise concentrée sur la question scolaire au début du XIXème siècle, et précédant une « galaxie de l’Action catholique » (1926-1958) (cf. les citations).

Citations

Sur la nouveauté de l’Oeuvre des Cercles d’Albert de Mun :

« La nouveauté de l’Oeuvre des Cercles n’est pas tant dans ce qu’elle fait que dans l’esprit dans lequel elle le fait. A l’encontre de ses prédécesseurs, qui se cantonnaient dans des réalisations pragmatiques, elle se fonde sur une position théorique qui tient dans deux idées. La question ouvrière est la question sociale autrement dit l’avenir de la société dépent de la réponse qui sera donnée en problème posé par l’existence du prolétariat industriel. La question ouvrière est le fruit de la Révolution bourgeoise, libérale et individualiste, et elle ne sera résolue que par la Contre-Révolution populaire, catholique et associative » (p. 56)

Sur le passage du système catholique d’oeuvres à la galaxie de l’Action catholique – et son entrée progressive en crise après la deuxième Guerre mondiale – :

« Longtemps la paroisse avait paru la panacée, avec son quadrillage territorial sans failles. On commença, dès la fin du XIXème siècle, par la trouver inadaptée, et ce fut la grande époque des oeuvres paroissiales dont les patronages furent le fleuron et le symbole. On la crut ensuite insuffisante, et ce fut, entre les deux guerres l’essor de l’Action catholique et de multiples formes nouvelles de regroupement catholique (poussée du syndicalisme chrétien, essor de la presse confessionnelle, etc.) On en vint à la trouver inapte lorsque, à la libération, le mouvement missionnaire mit en évidence l’imperméabilité sociologique de certains milieux à l’équipement pastoral traditionnel » (p. 203)

Sur l’Action catholique et son organisation progressive sans projet très clair et cohérent dès le départ :

« il demeure, comme le montre à l’envi l’histoire de l’Action catholique, que le mouvement catholique ne s’est pas développé selon un plan parfaitement élaboré au sommet et diffusé peu à peu au niveau des fidèles. Au contraire, la Hiérarchie a toujours eu à faire face à des multiples initiatives nées de la base et devant lesquelles il lui fallait prendre position : entériner ou condamner, contrôler ou crosser. La J.O.C. française c’est d’abord quelques jeunes ouvriers de Clichy autour de l’Abbé Guérin à l’automne 1926. Quatre ans plus tard, d’autres mouvements spécialisées s’étant crées à son exemple, au hasard des personnalités disponibles et à la faveur d’une dynamique porteuse (J.O.C.F., J.A.C., J.E.C.) » (p. 219)

Publicités
Catégories :Compte-rendu de lecture
  1. décembre 8, 2011 à 8:26

    Ce site est super

  2. décembre 13, 2011 à 5:39

    Un autre compte-rendu paru sur le site de l’IESR il y a quelques temps :

    http://www.iesr.ephe.sorbonne.fr/index3542.html

  1. No trackbacks yet.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :